L'ostéopathie crânienne


L'ostéopathie crânienne est une approche particulière des concepts ostéopathiques. Elle agit sur la structure et le liquide céphalo-rachidien entourant le système nerveux central, ce qui a un impact sur le corps tout entier et stimule la capacité naturelle de celui-ci à s'autoguérir. Les liens entre les fascias, où qu'ils soient situés dans le corps, sont contigus aux membranes entourant le système nerveux central, incluant la dure-mère et les autres structures.

L'étude intensive de l'ostéopathie crânienne a commencé en 1939, grâce aux recherches de William Garner Sutherland, médecin ostéopathe. Ses constatations ont été corroborées par des études scientifiques. En ostéopathie, on reconnaît qu'il y a du mouvement, minime, mais très important, entre les os du crâne et leurs sutures. Le docteur Sutherland a établi qu'il existe un mouvement palpable à l'intérieur du corps, lequel se produit conjointement au mouvement des os de la tête. Ce mouvement fait partie d'une rythmique des fluides du corps, d'une importance vitale à la santé, de même qu'à la fonction maximale du système immunitaire du corps.

Un traumatisme à la tête ou au corps peut donc altérer ou entraver la circulation des fluides du corps, ce qui a souvent des effets dramatiques et parfois drastiques sur la santé et la capacité de fonctionner d'un individu. Le plus courant de ces traumatismes est associé à la naissance, quand le crâne du bébé subit des chocs répétés dus aux poussées durant l'expulsion, ou alors lors d'un accouchement par ventouse dans le cas d'un travail difficile. Une altération, bien qu'à peine perceptible, de la configuration naturelle et du mouvement du crâne, peut occasionner des problèmes comme les coliques, l'incapacité du bébé à avaler ou à téter, de fréquentes régurgitations, des infections chroniques de l'oreille ou un retard dans le développement. Les traumatismes peuvent aussi provoquer des lombalgies, des maux de tête, des troubles respiratoires et digestifs, des douleurs menstruelles et des blessures répétitives reliées au stress comme la tendinite.

Histoire crânienne

William G. Sutherland, D.O., chercheur et père de l'ostéopathie crânienne

« Permettre à la fonction physiologique intérieure de manifester sa propre puissance infaillible, plutôt qu'avoir recours à une force aveugle de l'extérieur. »

Le docteur William Sutherland a consacré sa vie à l'avancement de l'ostéopathie. Dès ses débuts en médecine en 1898, Sutherland a commencé à étudier la fonction mécanique du corps et à en analyser l'anatomie vivante (le flux du liquide crânien, la texture des tissus, la compression des os, etc.). Il a fait plus pour faire avancer le concept de « l'autoguérison » que tout autre ostéopathe de sa génération.

Il a résumé le résultat de ses recherches dans un écrit intitulé The Five Components of the Primary Respiratory Mechanism (Les cinq éléments du mécanisme respiratoire primaire), lequel énonçait pour la première fois le concept du mouvement rythmique continu dans le corps.

Le docteur Sutherland a identifié cette anatomie vivante et l'a décrite comme suit :

Mouvement des sutures crâniennes et des articulations reliant les 26 os du crâne;
Dilatation et contraction des hémisphères du cerveau;
Mouvement des membranes recouvrant le cerveau et la moelle épinière;
Courant d'énergie à l'intérieur du liquide céphalo-rachidien baignant le cerveau et la moelle épinière;
Léger mouvement involontaire du sacrum.


Notes biographiques

Le docteur Sutherland est né en 1873, dans une famille de la classe ouvrière du Wisconsin. Il était le troisième d'une famille de quatre enfants. En 1895, il s'inscrit dans une école de médecine, l'American School of Ostéopathy (aujourd'hui le Kirksville College of Osteopatic Medecine). Il s'est distingué comme un étudiant extrêmement doué et a obtenu son diplôme à l'âge de 25 ans, en 1898. Il a ensuite poursuivi ses recherches et pratiqué la médecine au Missouri durant la majeure partie de sa vie.

En 1951, à l'âge de 78 ans, le docteur Suhterland a quitté le Midwest pour s'installer dans un climat plus clément, à Pacific Grove, en Californie. Il est décédé peu de temps après, en 1954. Il a laissé derrière lui une contribution inestimable à la médecine ostéopathique et sa mémoire, de même que les ouvrages qu'il nous a légués, sont très respectés de ses collègues, tant aux États-Unis qu'à l'étranger.

 

Vous aimeriez devenir ostéopathe ? Pourquoi pas maintenant ?

inscrivez-vous